dimanche 3 août 2008

Les "perdus de vue" de l'UMP d'Asnières

Chroniques asnièroises d'après le 16 mars 2008
(chapitre 14)


Le maire d'Asnières, les sans-logis sans papiers et les lois Hortefeux


Le maire d'Asnières vient de tomber dans un piège politique qui risque de lu faire mal politiquement, et surtout durablement dans la mémoire collective qui affectionne les symboles forts, donc marquants.

Les fais sont simples: des femmes avec des enfants s'installent pacifiquement devant la mairie d'Asnières pour protester calmement contre les promesses qui leur avaient été faites en 2007 et ne sont pas tenues en 2008.

Le nouveau maire d'Asnières avait là, sous ses yeux, la preuve des mensonges de l'ancien maire sur le traitement « humain » qui devait être accordé à ces personnes et que rappelle fort à propos ce lien:
http://asnierois.org/fw/html/modules.php?name=News&file=article&sid=923

Il avait devant lui la possibilité, fructueuse pour son mandat d'élu, de manifester que, lui, maire en juillet 2008, allait mieux faire et plus humainement que son prédécesseur: il pouvait donc tenter d'obtenir- ce qu'il affirme avoir fait- des autorités compétentes qu'elles respectent tous leurs engagements et assurent le relogement des personnes concernées, sans recourir à la force publique.

Or, dans cette affaire, le maire d'Asnières a choisi de faire appel à la police nationale, ce qui, de facto, a conduit à ce que cette dernière interpelle les femmes sans logis et sans papiers afin d'étudier leurs possible expulsion du territoire français, tandis que leurs enfants, français car nés sur le sol national, étaient placés pour le moment dans des foyers de la DDASS !

La décision prise par le maire, dont la raison précise n'a pas été explicitée au moment où nous écrivons, semble à l'évidence à la fois criticable dans sa forme et dans son fond. Elle est dommageable pour l'image démocratique et humaniste que le maire actuel entendait se donner. Elle aggrave le problème original, notamment sur le plan humain, et éloigne la solution raisonnable possible qu'il annonçait rechercher.

En effet, le maire pouvait-il méconnaître que les lois Hortefeux, votées par, entre autres, le député Manuel Aeschlimann, s'appliqueraient contre les mères de famille interpelées?

Pouvait-il ignorer qu'un appel à la police nationale, connaissant le statut administratif irrégulier de ces femmes et les textes de la loi Hortefeux, ne pouvait aboutir qu'à ces résultats qu'il dénonce aujourd'hui, à savoir l'expulsion possible de plusieurs femmes ivoiriennes et au placement séparé de leurs enfants français, en résumé, à un éclatement des familles en question avec son cortège de drames humains?

Dans cette affaire, en résumé, Sébastien Pietrasanta a manifestement agi contre ses propres intérêts, s'offrant au passage comme cible publique facile à des critiques bien légitimes et apportant par là-même des arguments à l'ancien maire qui n'en demandait pas tant!.

Nous conclurons sur cette réflexion qui nous est parvenue d'une militante socialiste, atterrée par ce qu'elle qualifie de « bourde monumentale »: « « Il (le maire -NDLR) a fait exprès de se mettre dans cette galère ou quoi? . Il donne des verges pour se faire battre par Aeschlimann. Comment peut-il ne pas se rendre compte qu'il accumule les erreurs et que sa peur de rompre avec le passé aeschlimannien commence à peser lourdement? ».

La situation est ici bien résumée. Nous n'avons rien à ajouter!


L'UMP d'Asnières et Jean Sarkozy : « perdus de vue »

Notre rédaction a appris que le Conseiller Général de Neuilly, Jean Sarkozy, était venu à Asnières le 25 juillet 2008, afin de visiter les quartiers nord de la ville dans le cadre d'une initiative de l'UMP départementale envers la jeunesse.

Chose étonnante qui a surpris les observateurs les plus avertis: il n'a manifestement pas souhaité y être accompagné par aucun des élus UMP actuels d'Asnières: ni par l'ancien maire, ni par sa femme, ni par les élus municipaux de ce parti, ni par les deux Conseillers Généraux UMP d'Asnières (Patricia Chavinier et Cyrille Dechenoix).

Il semble que ces derniers aient mal vécu l'affront! Et font semblant de l'ignorer en ne communiquant pas sur cette visite!.

D'aucuns, parmi les spécialistes de la vie départementale et locale, en ont déduit que l'élu de Neuilly avait ainsi marqué avec force son « éloignement » des élus UMP de la ville, tous issus du système rejeté par les électeurs, y compris en partie proches de l'UMP via un forte abstention, les 9 et 16 mars 2008.

Cette visite de l'élu UMP de Neuilly,- dont les élus UMP d'Asnières ont été exclus- a été boudée- l'attitude est bizarre- par le site Internet des élus du groupe des époux Aeschlimann! La chose peut étonner.

Cette information absente sur le site des élus d'opposition UMP et assimilés a été remplacée, si l'on peut dire ainsi, le 28 juillet 2008, par une attaque aussi soudaine qu'inattendue, surtout en ce calme été 2008, contre un maire-adjoint de la majorité municipale, Serge Danlos.

A première vue, cette brusque charge contre cet élu municipal, en cette paisible période estivale, apparaît parfaitement incompréhensible dans ses motifs et ses buts. Quelle mouche avait donc piqué ce site pour qu'il agresse aussi brutalement cet élu et évoque ce qu'il appelle « sa trahison », en remontant à 2007 de plus?

Intriguée par le refus obtus du site des époux Aeschlimann d'évoquer la visite de Jean Sarkozy à Asnières et cette brusque agression sans raison, au moins apparente, contre Serge Danlos, notre rédaction a mené sa discrète enquête. Ce qui nous permet d'être maintenant en mesure d'apporter une possible explication à cette flambée de colère du site des élus UMP et assimilés contre le maire-adjoint chargé de l'inter-communalité.

Selon nos sources, les animateurs du site concerné auraient pris, comme tous les observateurs de la vie politique locale et départementale, ce passage en solitaire à Asnières de Jean Sarkozy, comme un désaveu et un camouflet politiques, un acte manifeste d'abandon à l'égard des élus UMP qu'ils soutiennent. On ne peut leur donner tort ici: un réalisme minimal ne pouvait que conduire à cette conclusion: les élus UMP d'Asnières semblent perdus de vue pour certains de leurs anciens amis.

Et ils auraient identifié l'origine de cette décision, douloureuse pour eux, du très influent Conseiller Général UMP, dans l'action entreprise, selon eux, par Serge Danlos, proche ami depuis longtemps du visiteur inopiné et de son père Nicolas Sarkozy.

D'où l'ire particulière soudaine contre cet élu de la majorité municipale, ire traduite dans cette attaque contre lui sur le site indiqué, qui, autrement, est totalement incompréhensible.

Bien sûr, nous ne savons pas qui a vraiment convaincu Jean Sarkozy, lequel a objectivement et publiquement, marqué clairement son éloignement des élus UMP d'Asnières, d'agir ainsi qu'il l'a fait de façon si ostensible.

Il n'en reste pas moins que ce que tous retiennent de ce passage à Asnières du jeune dirigeant UMP au patronyme célèbre, c'est une nouvelle démonstration de l'isolement croissant, au sein même de leur parti, des élus UMP d'Asnières.

Ce que confirme de son côté un journaliste d'investigation joint par notre rédaction pour avis personnel:
« les Aeschlimann ont une très mauvaise réputation à l'UMP, surtout dans le 92. Le mari est vu comme le « perdant » du vieux bastion UMP d'Asnières. Sa carrière est terminée. Sa femme est jugée trop agressive et trop éloignée des électeurs. Sans parler de l'affaire des fichiers ethniques qui pourrait rejaillir sur elle, puisque c'est elle qui s'occupait du Conseil des Communautés étrangères et religieuses, mais aussi sur Patricia Chavinier (pour les tracts à connotation ethnique supposée). Les bisbilles entre les deux Conseillers Généraux UMP ont achevé de faire de l'UMP d'Asnières un sujet de sarcasmes dans toute l'UMP. Tout ceci peut expliquer pourquoi les ténors de l'UMP évitent pour l'instant le plus possible les élus UMP d'Asnières ».

Laissons la conclusion morale et citoyenne de cet événement secondaire, mais éclairant, à Jacques Prévert:

« C'est dans les bas fonds qu'on pousse les hauts cris ».


Mais qui donc voue tant de haine anonyme à Cyrille Dechenoix?

En quasi secret, un site internet apparemment dédié à la destruction politique et médiatique de Cyrille Dechenoix est né. Comme personne n'en a parlé jusqu'ici, nous le révélons au grand jour:

http://www.blogg.org/blog-73709.html

A visionner les vidéos qui y sont passés, à y lire les commentaires tous à l'unisson et la présentation tout en subtile finesse du rédacteur qui paraît passer beaucoup de temps à étudier la vie de cet élu asnièrois, on croit comprendre assez aisément que le site viserait à « casser » Cyrille Dechenoix.

Du moins, c'est ce que notre rédaction en a retenu.

Selon des sources diverses, confortées par un simple examen de nature psychologique du thème du site- « la trahison »- appelée aussi dans ce cas « retournement de vestes », ce site serait dû à l'initiative d'un vrai spécialiste en trahisons, un grand expert en la matière, un Machiavel du fiel, une sommité de ce comportement spécifique.

On ne connaît cependant pas, à ce jour, son identité qui ne nous a pas été révélée.

Mais, peut-être, les citoyens d'Asnières, qui sont des gens avertis et intelligents, pourront, eux, avoir quelques idées sur l'état civil et politique des initiateurs de ce site, en le parcourant et en notant les commentaires placés sur celui-ci, venant d'internautes qui étaient apparemment informés de sa naissance de ce site AVANT tous les autres.

Comment étaient-ils au courant? Là est toute la question de l'origine de ce site d'un type très spécial.

Une question demeure: mais qui peut donc vouer tant de haine féroce à Cyrille Dechenoix?

C'est une interrogation à laquelle nous essaierons d'apporter bientôt une réponse plus documentée.


Marylise Dipusu


Annonce de parution prochaine: la rédaction a décidé de consacrer un prochain article à Marie-Dominique Aeschlimann, appelée en Conseil Municipal « Madame Parlotte ». Un vrai tableau de synthèse descriptif sur cette élue encore assez méconnue.

6 commentaires:

lionel lindemann a dit…

effectivement, c'est une gaffe monumentale et surtout dramatique. elle était malheureusement prévisible vu le manque d'expérience, ce qui est évidemment pardonnable, mais surtout superficiel du personnage, ce qui l'est moins.

où sont passés ses adjoints, censés lui apporter l'expérience et la profondeur qui lui manque ? ils n'ont pas anticipé eux non plus, vous croyez ? ils n'ont pas été consultés ? ils sont en vacances ?

sinon, le petit sarko vient d'une ville qui a réellement rompu - elle - avec son passé. examinez le refus du candidat, chef d'entreprise, devenu maire de s'associer à quoi que ce soit de ce passé et vous comprendrez peut-être enfin que ma position n'a jamais rien eu de moral.

cclin a dit…

Réponse de la rédaction

Bonjour,

Nous vous remercions de votre commentaire bien que sa majeure partie soit incompréhensible.

Nous avons relaté les faits connus et publics. Nous avons donné notre libre sentiment de citoyens sur l'attitude du maire d'Asnières dans l'affaire des femmes sans logis et sans papier accompagnés de leurs enfants.

Nous suivons notre règle qui est de dire les choses en toute clarté, d'exposer les faits et donner, le cas échéant, notre point de vue.

Nous refusons d'entrer dans des polémiques stériles qui ne résoudront en rien le drame humain qui a été créé.

Il nous importe de concourir maintenant à la résolution humaine et pérenne de cette situation intolérable.

Pour la rédaction,

Line

Paulo a dit…

"Il nous importe de concourir maintenant à la résolution humaine et pérenne de cette situation intolérable."
Donc, en tant que "citoyens libres et indépendants" (j'insiste sur le indépendant (sic !)), quelles sont vos propositions ou quelles auraient été vos décisions ???
*******************************
"Nous refusons d'entrer dans des polémiques stériles"
C'est vrai que la partie sur le petit Sarko fait avancer le schmibilik sur la vie Asnieroise et sans polémiques stériles....
******************************
"Nous refusons d'entrer dans des polémiques stériles" (bis)
Nous attendons avec impatience l'article sur Marie Do (mme Parlotte --> ça c'est tout sauf stérile !!!) qui va être, je le sens un article indispensable dans le débat !!!!

cclin a dit…

Paulo,

Merci de votre commentaire libre posté plus haut.

On y sent une proximité certaine, familiale ou amicale, avec Mme Marie-Dominique Aeschlimann que vous appelez familièrement « Marie-Do ».

Nous sommes donc sûrs que vous apprécierez que nous lui consacrions un article au ton libre et citoyen, basé sur des faits vérifiables et publics, afin de la faire mieux connaître du public asnièrois.

Rassurez-vous: son surnom de « Madame Parlotte » est aussi pour nous amusant: l'origine de ce surnom ironique provient du temps de parole important qu'elle s'octroie, par rapport aux autres élus du Conseil Municipal, surtout depuis le 16 mars 2008.

Nous aimons ici l'humour citoyen et la bonne humeur. Et les faire partager largement.

Bien à vous,

Pour la rédaction
Line

Paulo a dit…

Lili,

finalement, en vous appelant comme ça, nous allons donc paraitre proches :)) !!!!
2 remarques :

1/ Vous ne répondez pas à ma question. Donc, je la repose :
"Il nous importe de concourir maintenant à la résolution humaine et pérenne de cette situation intolérable."
Donc, en tant que "citoyens libres et indépendants" (j'insiste sur le indépendant (sic !)), quelles sont vos propositions ou quelles auraient été vos décisions ???

2/ Pour votre article sur "Marie Do", bon ben malheureusement, il n'apporte pas grand chose mais, heureusement que vous désirez "ne pas entrer dans des polémiques stériles".

Bonne journée.

Daniel a dit…

Bonjour,

L'article est très intéressant. Il est dommage qu'il y est des commentaires qui ne frappent pas par leur logique et leur pertinence.

Vous devriez expliquer à Paulo qu'un blog citoyen n'est pas ma mairie, ni la DDASS, ni la Préfecture, ni la mairie. Il confond, par habitude peut-être?

Une remarque, le site anti-Dechenoix semble tellement défendre les Aeschlimann que la suspicion se tourne contre eux.

Ce site anti-Dechenoixc est d'autant plus comique que, question "trahisons", les Aeschlimann sont des légendes vivantes de la chose, voir ce lien:

http://www.asnierois.org/fw/html/modules.php?name=News&file=article&sid=26

Dechenoix commence certainement son chemin sur cette voie sans issue, mais les Aeschlimann en donneurs de leçon de moral sur ce sujet, cela fait rire tout Asnières.

Ce qui est une bonne chose!

Bien à vous,