mercredi 27 août 2008

Une curieuse homonymie Lindemann!

Chroniques asnièroises-chapitre 22

Lionel Carl Johan LINDEMANN serait-il Lionel Lindemann?

Ce gérant si distrait de sociétés serait-il le petit blogueur et grand moraliste ami de Manuel Aeschlimann? Aussi invrasemblable que cela puisse moralement paraître, nous sommes en droit de nous interroger sur une fâcheuse homonymie entre le blogueur qui n'a eu de cesse de défendre Manuel Aeschlimann et un curieux gérant de SARL.

Notre rédaction s'interroge, après les informations qui lui sont parvenues sur un citoyen, gérant de sociétés privées de son état, Lionel Carl Johan Lindemann: elle se demande, stupéfaite, s'il s'agirait bien du blogueur ami de l'ex-maire d'Asnières, Manuel Aeschlimann, qui se présente généralement sous le nom de Lionel Lindemann.

Certes, nous ne pouvons garantir l'identité commune entre le blogueur et le gérant, mais, comme des sources qui furent très proches de l'ancien maire indiquent que cela serait bien le cas, notre rédaction a jugé opportun, en cette rentrée 2008, de relater les exploits du gérant homonyme de l'ami de l'ancien maire d'Asnières. Nous sommes confiants que la vérité sortira par elle-même et, si tel est le cas, nous la dirons publiquement comme cela est notre règle.

A toutes fins utiles pour une information édifiante sur certaines vertus gestionnaires.....qui rappellent curieusement, ici, celles qu'a connues Asnières.

Ce qui est sûr et certain:

Un citoyen nommé Lionel Carl Johan LINDEMANN est né le 21 septembre 1972 et il est désigné dans divers sites d'informations commerciales PUBLIQUES comme « gérant de SARL », Sociétés Anonymes à Responsabilité Limitée.

Il a ainsi créé le 29 janvier 1999 une SARL PROLIBER -qui est censée faire dans la programmation informatique- sise 60 rue Vitruve 75020 Paris, au capital de 15244,09 euros, n° SIRET 42170065900012.

Lionel Carl Johan Lindemann en est le gérant en titre.

Seul problème qui est ici à la fois moral et juridique: Lionel Carl Johan Lindemann a omis, selon les sources PUBLIQUES consultées par nos soins pour vérification, depuis 1999, de respecter la loi qui lui prescrit, en sa qualité de gérant, de déposer les COMPTES ANNUELS de la société au greffe du Tribunal de Commerce de Paris.

Depuis 8 ans, aucun compte social de la SARL PROLIBER n'est donc déposée!


C'est ennuyeux parce que si, généreusement, la loi tolère un maximum de 18 mois de retard, là, on en est quand même à plus de..... 85, après la limite tolérée par les textes!

Le même Lionel Carl Johan Lindemann est aussi et encore gérant d'une autre SARL nommée EUROCODE, nom commercial XENOCODE, créée le 26 mai 2004 et sise 1 bis rue des Tamaris 78114 Magny les Hameaux

Son numéro RCS est 453 661 084 au Tribunal de Commerce de VERSAILLES .

En essayant de lire les « chiffres clés » sur Infogreffe de cette SARL, il est apparu qu'aucun compte n'avait été déposé pour cette entreprise depuis sa fondation au greffe du Tribunal de Commerce compétent comme la loi y oblige le gérant!

En accordant le délai de retard acceptable légalement de 18 mois, Lionel Carl Johan Lindemann, gérant de SARL, semble avoir encore omis de déposer de manière transparente ses comptes sociaux pour cette deuxième société depuis maintenant....33 mois!

A tout hasard, car se placer hors la loi en qualité de chef d'entreprise peut générer de dommageables ennuis, comme la gestion de la commune d'Asnières à l'ex-maire d'Asnières, nous conseillons à Lionel Carl Johan Lindemann, s'il nous lit, de faire diligence sans retard afin de mettre tous ses comptes sociaux à jour pour ses deux sociétés.

Nous souhaitons surtout que ce dernier ne soit pas Lionel Lindemann, le grand moraliste, l'amant infatigable de la transparence pour certains, et surtout l'ami de longue date de l'ancien maire d'Asnières, lequel a déjà assez de soucis gestionnaires comme cela avec le Rapport de la Chambre Régionale des Comptes.

Apporter les comptes sociaux de ses SARL aux greffes des Tribunaux de Commerce serait, pour le citoyen cité, manifester enfin, quoiqu'un peu tard, son attachement attentif au respect de la loi.

Bien sûr, il est possible que tout ceci ne concerne pas de tout le Lionel Lindemann qui s'intéresse tant aux aléas citoyens, associatifs et politiques d'Asnières.

Nous n'osons en effet imaginer qu'un homme de le stature morale supérieure du blogueur Lionel Lindemann, un homme pétri des plus hautes valeurs et si puissamment attaché à la limpidité la plus absolue, ait pu fauter ainsi face à la loi de la République. C'est à nos yeux impensable moralement!

Mais, si le doute doit toujours profiter à un éventuel fautif, nul doute aussi que les citoyens, associations et élus d'Asnières, victimes de la vindicte rancunière et tenace de ce soutien de l'ancien maire, seraient fort intéressés à savoir si Lionel Carl Johan Lindemann, gérant distrait de deux SARL qui n'a pas déposé de comptes sociaux depuis leur fondation, serait bien, par le plus malheureux des hasards malencontreux, le Lionel Lindemann qui leur assène ses vérités éternelles et leçons exemplaires de morale civique.

En effet, il convient toujours que le grand professeur de haute morale soit lui-même moralement hautement irréprochable.

Nous tiendrons bien évidemment nos lecteurs informés de l'impossible identité commune des deux Lindemann cités ici, au cas, que nous estimons par essence improbable où il s'agirait, malgré tous nos doutes légitimes, de la même et unique personne.

Sources des informations citées:

http://www.societe.com/societe/proliber-421700659.html
http://www.societe.com/cgi-bin/recherche?rncs=421700659

Sur l'obligation de publication des comptes annuels pour les SARL:
L'obligation de publication des comptes sociaux concerne certaines formes juridiques comme les sociétés à responsabilité limitée (SARL), les sociétés anonymes (SA), les sociétés par actions simplifiées (SAS) et certaines sociétés en nom collectif (SNC). Attention, ne pas confondre publication tardive (délai supérieur à 18 mois après la date d'ouverture de l'exercice) et absence de publication. Source: Bureau Européen d'Informations Commerciales

Autres sources de référence:

http://www.infogreffe.fr/infogreffe/jsp/recherche/resultEtsParDirigeant.jsp

http://www.infogreffe.fr/infogreffe/getFicheEntreprise.donumListe=1&pageEntree=listeDirigeants
http://www.infogreffe.fr/infogreffe/getFicheEntreprise.do?numListe=0&pageEntree=listeDirigeants

5 commentaires:

lionel lindemann a dit…

vous êtes vraiment très prévisible :

1) je ne fais pas de morale, c'est vous qui en faites. le problème d'Asnières est justement que l'on y fait beaucoup de morale et très peu de politique.

est-ce moral de s'engager en politique pour défendre ses intérêts (sa maison, celle de ses amis etc.) ? si l'on commence à poser ce genre de question, personne ne va en sortir indemne. il est donc préférable, comme je l'indique depuis le départ, d'envisager la politique comme le lieu où l'on confronte et négocie des intérêts divergents.

2) les deux sociétés en question n'ont pas d'activité. la deuxième citée cessera statutairement d'exister dans moins d'un an.

il y a même une trace ici :
http://padawan.info/fr/weblogue/surf_le_blog_de_lionel_linderman.html

enfin, en allant sur ce terrain, vous faites comme un certain ancien adjoint à la communication de la mairie d'Asnières qui rappelait la condamnation pour interdiction de gérer de certains de ses opposants de l'époque.

mais on peut si vous préférez se livrer à une comparaison morale entre l'interdiction de gérer et l'absence d'envoi au greffe de comptes de sociétés sans activité.

cclin a dit…

Note de la rédaction

La rédaction d'Asnières Nouvelles Citoyennes a donc reçu- voir ci-dessus- confirmation de la main de Lionel Lindemann que ce dernier est bien le gérant des deux sociétés visées dont les comptes n'ont jamais été données aux greffes des Tribunaux de Commerce compétents.

Nous prenons acte de sa déclaration publique sur ce blog avec intérêt.

Le donneur de leçons morales aux citoyens asniérois est ici bien moralement, visiblement ennuyé. Il semble souhaiter que notre blog évite ce genre d'informations, lui qui se veut le chevalier blanc, l'expert de l'information vraie, pure, objective, indépendante, sincère.

Son commentaire nous laisse l'impression qu'il ne se sent pas "très à l'aise" sur le sujet que nous avons abordé à partir d'informations publiques concernant sa vie professionnelle réelle.

La vérité sur sa situation professionnelle réelle serait-elle une chose à taire? Ses deux échecs comme entrepreneur seraient-ils à camoufler au public, à ses lecteurs, aux blogueurs qui lui accordent encore quelque crédibilité?

Cela nous surprend quelque peu car Lionel Lindemann se vantait souvent d'être un entrepreneur dynamique et se fait passer pour tel auprès de divers blogueurs de ce secteur professionnel qui découvrent avec stupéfaction la réalité des faits: c'est un entrepreneur inactif!

Quelques questions et réflexions de fond se posent maintenant que la reconnaissance des faits est acquise de la part de Lionel Lindemann:

1) En général, un entrepreneur crée des entreprises pour développer des activités, des emplois et des ressources, pas pour les placer "sans activité". Pourquoi donc Lionel Lindemann crée-t-il des sociétés "sans activité" et quelle est la cause exacte de cette "non-activité"? Est-ce une stratégie délibérée de sa part ou bien le signe d'échecs répétés de ses projets?

2) Pourquoi Lionel Lindemann, militant acharné de la transparence publique pour les autres sur tous les sujets, notamment à Asnières, est soudain muet sur l'origine de la non-activité de SES DEUX SOCIETES alors qu'il a donc créé la deuxième en 2004, soit après avoir laissé 5 ans, selon ses dires et les faits constatés, la première "inactive"?

3) Quelle logique particulière, contradictoire avec l'esprit d'entreprise qu'il revendique publiquement, est à l'oeuvre dans la création de cette seconde société "inactive" après une première laissée déjà "inactive"? Lionel Lindemann créerait-il des SARL seulement pour avoir des sociétés à son nom comme gérant, sociétés sans aucune activité?

4) Lionel Lindemann a-t-il créé deux sociétés seulement pour se présenter publiquement comme un "entrepreneur du Net" ou bien pour d'autres motifs?

5) Lionel Lindemann évoque les pratiques anciennes ayant pour objectif d'essayer de faire taire des opposants, très transparents en tout, à l'ancien maire d'Asnières, pratiques qu'il n'avait pas condamnées à l'époque, du fait de son soutien actif à l'ancien maire d'Asnières. Nous prenons acte qu'il avait connaissance de ces pratiques d'élus d'alors, au nom de la Ville d'Asnières, mais n'avait pas souhaité, moralement, les condamner publiquement.

6) Pour notre part, nous n'avons aucune peur de la vérité, ni de la transparence sur tous les plans. Nous nous prononçons pour l'information libre, vraie, sincère, indépendante, en toute circonstance, même sur les actions de Lionel Lindemann, dont il se vante partout depuis des années, afin de confronter librement les réalités aux écrits.

Nous souhaitons que Lionel Lindemann puisse faire toute la lumière publique sur la situation exacte des deux sociétés INACTIVES dont il est le gérant, l'origine et les raisons de leur "non-activité", et ceci en toute transparence, comme il essaie de le faire sur les citoyens, blogs, sites et associations d'Asnières.

Les citoyens d'Asnières ont le droit moral et civique de tout savoir sur celui qui leur parle de morale, de transparence, d'honnêteté et qui a soutenu pendant des années les pratiques du système Aeschlimann.

C'est un principe élémentaire d'exigeante réciprocité.

Nous attendons donc de Lionel Lindemann qu'il réponde aux questions logiques posées plus haut, lui qui a su si bien faire des "enquêtes" sur les citoyens, blogs, sites et associations d'Asnières depuis des années, au nom de la vérité et de la transparence.

Car, la politique citoyenne, Lionel Lindemann l'a souvent répété, exige une éthique claire et une intégrité morale absolue. Ceci est valable pour les autres comme pour lui.

Ce dont nous souhaitons seulement nous assurer, comme citoyens d'Asnières, de la part de Lionel Lindemann, défenseur du système Aeschlimann.

De notre côté, nous nous réservons le droit éventuel d'apporter plus d'informations attestées sur ce sujet, au nom justement du droit à l'information libre et honnête que revendique, avec raison, comme nous, Lionel Lindemann.


La rédaction d'Asnières Nouvelles Citoyennes

lionel lindemann a dit…

1) les sociétés n'étaient évidemment pas sans activité à l'origine.

dans le premier cas la société faisait partie d'un groupe. j'ai choisi, y compris pour une mauvaise raison (la morale qui vous intéresse tant), de mettre un terme à cette fructueuse collaboration.

dans le second cas, il s'agissait d'implanter le distributeur européen d'un petit éditeur de logiciels américain. les sociétés privées (non cotées) américaines ne publient pas leurs comptes et le choix de la filiale européenne se serait porté sur un autre pays si l'absence de dépôt au greffe n'était pas toléré.

il s'agissait d'un test, d'où le choix d'une durée de vie peu habituel de la société de 5 ans et d'un contrat de distribution d'un an.

conclusion : la rentabilité de la structure n'était pas suffisante pour se justifier. la localisation et la distribution d'un produit de niche destiné à des programmeurs ne vaut pas le coup sans une gamme importante. le produit n'est plus localisé (traduit) et la distribution hors web est prise en charge par des grossistes.

il y a également eu un problème humain, sans doute lié à la difficulté d'admettre l'erreur d'analyse de départ et dans le choix des autres produits à développer.

avec le recul j'ai également eu le tort d'insister pour que la France soit le site d'implantation.

dans les grandes structures ça semble peu évitable, mais dans les petites je ne vois pas l'intérêt de masquer ses erreurs ou ses échecs. c'est je pense le meilleur moyen pour qu'ils se reproduisent.

2) voir supra. en ce qui concerne la transparence, voici ce que j'en disais avant de m'intéresser à Asnières :

http://www.zebraincast.com/blog/archives/31

en déduire que je suis un militant acharné de la transparence pour les autres est comique.

juste quelques phrases, dans le paragraphe intitulé "la dictature de la transparence" :

"Une transparence totale signifierait que nous appartenons aux autres, que nous cessons d’être des individus libres de déterminer ce que nous souhaitons montrer et ce que nous souhaitons garder pour nous-même. Ce n’est pas Big Brother. Ce n’est pas un état totalitaire qui nous espionne. C’est Distributed Brothers. Chacun de nous exige de tout savoir des autres, de la naissance à la mort."

par contre, quand on brigue le suffrage des électeurs ET qu'on reproche aux autres leur manque de transparence, ne pas la pratiquer soi-même est très contradictoire.

je me suis trouvé en désaccord avec vous parce que je considérais qu'il fallait des limites à la transparence. maintenant que cette transparence tant réclamée pour les autres pose problème, vous relevez... que je suis cohérent avec ce que j'ai toujours préconisé.

je suis navré, j'ai toujours posé que "L'obligation de transparence devrait rester une exception précisément délimitée, et non une promesse indéfinie, donc intenable."

pour achever le tableau, vous le faites derrière une signature collective alors que je me suis toujours présenté à visage découvert.

et c'est exactement pareil sur la morale et le rapport tendu entre pragmatisme et respect des lois. il ne peut y avoir de transparence si l'on reste dans le manichéisme.

j'ai détaillé ça dans les commentaires que vous avez supprimé et ici.

3) voir réponse supra.

4) je verse très peu dans ce genre de truc. ici aussi, la simple lecture jusqu'au bout de la note où j'évoque le sujet aurait dû vous dissuader de cette interprétation :

"La glorification individualiste de l’entrepreneur est une dégénérescence liée aux besoins médiatiques de raconter une belle histoire, et à une évolution sociale vers l’égocentrisme qui ne touche pas que les entrepreneurs. Étant donné que les pdg les plus médiatiques obtiennent de moins bons résultats que ceux qui s’occupent de leur entreprise, je ne doute pas que cette mode finira par passer."

5) vous partez en plein délire en prétendant une fois de plus que je soutenais activement l'ancien maire.

voici l'extrait d'une note du 31 janvier 2006, "propositions à la blogosphère" :

"Voici quelques idées en vrac, à reprendre par qui le souhaite :

* en parler dans le plus de blogs possibles
* toutes les autres techniques virales. chat, mail, forum, newsgroup & co.
* interroger les politiques dans les commentaires de leurs blogs
* aboutir à ce que les recherches dans Google sur le député aboutissent à cette affaire, et pas à l’information officielle. c’est la patrouille citoyenne déjà évoquée, mais ça peut être complété de multiples façons."
etc.

tout ceci a été repris par d'autres, d'autres points étaient entamés avant. l'ensemble a fini par aboutir à ce que des journalistes s'y intéressent.

il se trouve que j'ai ensuite été en désaccord avec vous, notamment en raison de ce que j'ai découvert lors de ces enquêtes.

"qui n'est pas d'accord avec moi est avec l'ennemi", c'est du manichéisme. ce qui m'intéressait était de comprendre, dans l'idée de l'éviter à l'avenir. aeschlimann vilain méchant c'est trop court.

les diverses thèses du complot ne sont pas nécessaires. il s'agit de luttes de pouvoir qui ont progressivement dégénéré et débordé jusqu'à impliquer des gens qui ne font pas de politique, faute de terrain politique pour s'exprimer. il n'y aura pas d'apaisement tant qu'elles n'y retourneront pas, en s'y cantonnant. l'absence de moyens d'expression, qui pouvait tout justifier avant, ne tient plus depuis mars.

cclin a dit…

Note de la rédaction

Lionel Lindemann a souhaité apporter des précisions sur ses dires antérieures concernant ses deux SARL soumises à obligation légale claire de dépôt des comptes sociaux chaque année.

Nous en prenons acte avec intérêt.

Bien que les explications apportées ne soient pas d'une clarté absolue pour les simples citoyens que nous sommes, nous notons pour notre part ce qui est l'essentiel du propos tenu:

1- Lionel Carl Johan Lindemann va donc maintenant faire diligence pour déposer les comptes de sociétés qui n'étaient pas « inactives » depuis leur création ( sa première réponse suggérait dans sa rédaction assez neutre et vague qu'elles avaient toujours été « inactives »). Ses deux SARL ont en effet, selon lui, toutes deux fonctionné, mais ont toutes deux rencontré des échecs dont l'auteur semble s'attribuer l'entière responsabilité. Ce qui est son droit légitime!

2- Lionel Carl Johan Lindemann reconnaît que les SARL de droit français sont bien soumises au droit français!

3- Lionel Carl Johan Lindemann admet donc que les comptes des sociétés, actives et ensuite inactives, devaient et doivent donc être transmises au plus vite aux greffes des Tribunaux compétents. Cela nous semble être impliqué de facto dans sa reconnaissance de ses diverses erreurs en tant que gérant de SARL.

4- Nous prenons acte, avec ces faits donnés par l'intéressé lui-même, que Lionel Carl Johan Lindemann n'est pas un entrepreneur réussi du Net, mais qu'il a accumulé les échecs sur ce plan. Comme l'ancien maire d'Asnières en ce qui concerne la ville!

C'est en tout cas ce qui nous paraît ressortir des phrases filandreuses de l'intéressé sur ce sujet impliquant des sociétés américaines et des éditeurs de logiciel européen qui auraient souhaité passer par deux SARL inconnues pour s'implanter et vendre des produits en Europe!!!

Pour le reste, tout aussi filandreux et contradictoire avec les faits constatés et connus de tous depuis des années, chacun jugera de la sincérité et de la limpidité de la prose de Lionel Carl Johan Lindemann.

Nous avons gardé les liens du commentateur avec le blog de Lionel Carl Johan Lindemann pour le rire citoyen.

Après ses propres déclarations sur ses échecs professionnels qui seraient dûs, selon lui, à un manque de jugement personnel REPETE dans ce domaine de sa part, ils n'en sont que plus réjouissants pour le lecteur doté de sens de l'humour, lecteur qui aura au passage apprécié que l'auteur-blogueur ne déclare pas ses comptes sociaux légalement comme gérant, sans explication claire de ces faits anormaux dont il atteste cependant qu'il connaissait la législation en vigueur!

On ne comprend pas d'ailleurs bien ses confuses explications sur le sujet.

Il y a là de notre point de vue un côté nébuleux qui nous échappe quelque peu:
y aurait-il une « nébuleuse » de deux SARL dont le gérant est Lionel Carl Johan Lindemann, lequel penserait que les lois, connues par lui, de la République ne s'appliqueraient pas à ses sociétés et à leur gérant?

Décidément, qui se ressemble s'assemble et inversement: le système Aeschlimann a connu des anomalies nombreuses -que nous avons recensées-, il semble en aller de même pour les SARL de Lionel Carl Johan Lindemann.


La rédaction d'ANC

Daniel a dit…

Bonjour du Canada,

Il est fort, le Lindemann. Et votre travail de mise à nu de ses prouesses commerciales est à se tordre de rire, le plus marrant étant Lindemann lui-même.

Il a mis fin à une "fructueuse collaboration" avec un groupe pour lequel il avait fondé une SARL. Un groupe suisse connu, de Genève peut-être (le groupe Prolibre)?

Mettre fin à une "fructueuse collaboration" pour un gérant de SARL qui avait donc gagné de l'argent sans publier ses résultats, voilà un drôle de gérant.

Et dire que ce type donnait des conseils en gestion d'une ville sur son blog. Il avait vraiment touts les incompétences pour cela. C'est un pro de l'échec professionnel qui voulait redresser une ville de plus de 80000 habitants. C'est un gag vivant, ce Lindemann.

Ensuite, il crée une deuxième SARL et se ramasse lamentablement.Son explication alambiquée sur les déclarations de compte aux Etats-Unis pour une SARL en France est claire comme du pétrole brut.

Je n'y ai rien compris. Lindemann a-t-il pensé que travailler pour une société américaine suffisait à se soustraire aux lois françaises ou embrouille-t-il les choses pour cacher ses rentrées financières passées aux autorités?

Les services fiscaux français et les Juges commerciaux vont être contents qu'on les prenne pour des demeurés ou des imbéciles.

J'ai relu ses conseils délirants à S Pietrasanta sur son blog: je m'étouffais de rire.

Un gérant raté conseillant un politique gagnant, Lindemann est un nouvel Ubu qui s'ignore.

Avec votre éclairage sur ses insuccès personnels et successifs, voilà le conseilleur déconseillé.

Pietrasanta est maire, Lindemann est marri.

Avec tout mon soutien,